Égalité professionnelle – Women For Future : THE NEXT GENERATION

//Égalité professionnelle – Women For Future : THE NEXT GENERATION

Égalité professionnelle – Women For Future : THE NEXT GENERATION

Les femmes sont créatrices de bonheur, de joie et de bien d’autres choses encore. Ce matin je me suis réveillé avec encore plus d’envie de faire progresser l’égalité professionnelle et je ne peux m’empêcher de vous faire partager quelques réflexions issues de cette excellente soirée d’hier.

Hier soir j’étais en effet invité par la Tribune à l’événement WOMEN FOR FUTURE (Ensemble pour l’égalité économique femmes-hommes), The Next Generation. Et je dois vous dire que je me suis régalé tellement cet événement était positif, dynamique, énergisant et bien organisé. C’était la 2ème édition pour ma part, la première ayant eu lieu en mai 2017 et j’attends avec impatience la prochaine édition. Ah oui au fait, les hommes étaient en minorité ce soir comme l’a souligné Pierre Bégay, Président Exécutif de BPI. Pour ce faire, il nous a fait nous lever pour applaudir les femmes. Et il a bien eu raison ! Il serait bien que les hommes s’intéressent un peu plus à l’égalité professionnelle et pour différentes raisons qui profiteront à tous. Je vous propose dans les lignes suivantes une petite chronique de cette soirée sur l’égalité professionnelle. Une chose est sûre : les femmes sont en train de prendre le pouvoir mais de façon différente des hommes, pour notre plus grand bien à tous.

Égalité professionnelle : un défi majeur source de croissance.

Cette soirée sur l’égalité professionnelle femmes-hommes a été magistralement animée par Valérie Abrial, directrice du publishing de la Tribune et de Women for Future.

  • 1er constat, 62 milliards d’euros c’est ce que génèrerait l’égalité des salaires pour l’économie française d’après la fondation Concorde.

  • 12 000 milliards de dollars d’ici 2025 d’après l’étude Mc Kinsey « Women Matter » en améliorant de 75% la condition des femmes (soit 11% du PIB mondial).

Des chiffres qui font réfléchir. Et pourtant il va nous falloir 217 ans à l’échelle mondiale pour atteindre cette égalité entre les femmes et les hommes selon le « Global Gender Gap Report » publié par le Forum de Davos. L’écart se creuse, nous avons perdu 48 ans en l’espace de moins d’un an.

  • 15,8% c’est l’écart des salaires en France en 2017.

Comment cela est-il encore possible et supportable aujourd’hui alors même que les femmes sont à l’origine de bien des inventions qui ont changé la face du monde ? Comment apporter sa pierre à l’édifice et contribuer à faire changer ce paradigme, les mentalités, ouvrir (et là je parle d’une véritable chirurgie) les consciences ? Cela passe je crois par un engagement de toutes et tous. Tout d’abord en commençant par en parler. En diffusant largement ce type de message, en organisant des soirées comme celle-ci.  En encourageant les femmes et les hommes à entreprendre jour après jour en construisant ce monde de demain qui passe par une véritable égalité femmes-hommes. Là encore, ne nous trompons pas, comme l’ont rappelé de nombreuses femmes pendant cette soirée, nous sommes différents mais complémentaires. Et c’est à ma génération et à la génération future de prendre les choses en main. Il faut se débarrasser de cet héritage socio-culturel archaïque, casser les préjugés.

 

De l’importance des rôles modèles et de la transmission comme levier vers l’égalité femmes-hommes.

La soirée a commencé avec le témoignage de personnalités qui sont revenus sur beaucoup de préjugés, toujours avec beaucoup d’humour.

Corinne Cuisinier, Secrétaire Générale de Grandes écoles au féminin et vice-présidente de Jump pour l’égalité.

C’est le témoignage d’une ingénieure des Mines-ParisTech, agrégée de mathématiques qui a fait toute sa carrière dans le secteur de l’industrie lourde et qui dès le début de sa carrière en 1983, s’est entendue dire par des directeurs d’exploitations que leur métier ne pouvait pas être exercé par des femmes. Et pourtant elle l’a encore entendu dire il y a de cela trois ans. Elle témoigne sur l’auto-censure, sur le fait que de nombreuses femmes, même au sein des grandes écoles n’osent pas toujours car on leur dit encore que certains métiers ne sont pas faits pour elles. Raison aussi pour laquelle elle s’engage dans le mentorat. « Pour diriger une usine, on n’a pas besoin de muscles, mais d’un cerveau ».  Autre stéréotype, les femmes ne sont pas moins disponibles que les hommes « Le temps de travail des femmes est équivalent au temps de travail des hommes à fonction équivalente ».

Conseil : faites et revendiquez ce que vous voulez faire !

Dominique Restino, Président de la CCI de Paris et fondateur de Moovjee.

Conseil : un mentor ne conseille pas, il pose les bonnes questions.

Sandrine Franchini-Guichard, Déléguée générale Les Premières.

En 2005 elle a créé le premier incubateur féminin.

Conseil : un bon mentor est bienveillant mais n’a pas peur d’évoquer l’échec et de dire les dures vérités.

Patrice Bégay – Directeur exécutif Bpifrance Excellence.

Avec toujours beaucoup d’humour, Patrice Bégay fait un point sur la French Fab en transemettant des messages d’équité. Il nous présente ensuite Cendrine Genty qui a complétement changé de carrière et écrit le livre

Cendrine nous explique comment sa vie a volé en éclat quand il y a 3 ans elle a eu un bébé et qu’elle a décidé de conjuguer sa vie professionnelle et sa vie personnelle. Productrice d’émission télé qui aimait profondément son métier et gagnait très bien sa vie. Elle ne voulait pas travailler moins mais différemment. Elle part alors à la rencontre de centaines de femmes pour comprendre comment elles parviennent à conjuguer travail et vie privée, et crée « L se réalisent ».

Conseil : garder sa liberté et sa volonté de transmettre.

Le mentorat, un levier vers l’égalité professionnelle.

Deuxième partie de soirée, de belles histoires de mentors et mentees en 6 portraits croisés.

Des femmes de différentes générations, issues de secteurs et territoires variés. Elles se sont choisies mutuellement  et partagent leurs expériences et réussites. Il est ici question de transmission, de bienveillance, de ne pas être isolées, d’apprendre à avoir une vision stratégique, d’exigence et de réseau qui permettent de se développer, de gagner en confiance et performance.

Ces femmes qui ont révolutionné le monde.

Parler d’égalité professionnelle, c’est reconnaître le talent des femmes, leur rendre la place qu’elles méritent mais aussi leur permettre de prendre toute leur place. Elles sont restées trop longtemps dans l’ombre. Et pourtant qui sait encore qu’elles sont à l’origine d’inventions qui ont transformé le monde ?

Chronologie de quelques femmes de talents.

300 avant JC : Agnodice doit se déguiser en homme pour apprendre la médecine et après avoir risqué la mort, elle devient la première femme gynécologue de la Grèce antique.

Au XVIIIème siècle Sophie Germain se fait passer pour un homme pour avoir accès au cours de l’Ecole Polytechnique. Un théorème porte aujourd’hui son nom.

Encore au XVIIIème siècle, Ada Lovelace est une pionnière de la science informatique. C’est tout simplement la première codeuse en inventant le premier programme exécuté par une machine.

 

femmes talent égalité pro

En 1905, Nettie Stevens, généticienne découvre le chromosome Y. Son patron « oublie » de le préciser à la parution de leurs travaux, c’est lui qui remporte le prix Nobel en 1933.

égalité pro et talents féminins

En 1941, Heddy Lamar, star hollywoodienne, passionnée de mathématiques. Elle invente avec un ami pianiste, un système de codage des transmissions toujours utilisé aujourd’hui pour la téléphonie mobile et le wifi.

Quelques années plus tard, en 1951, Rosalind Franklin découvre la structure de l’ADN; seuls les trois hommes de l’équipe avec qui elle collabore reçoivent le prix Nobel de médecine.

des femmes sur la Lune

C’est à Margaret Hamilton et Katherine Johnson que l’on doit d’avoir marché sur la Lune.

Dernier scandale en date, en 1974, Jocelyne Bell Burnell qui a découvert le premier pulsar, se voit rafler par son directeur de thèse le prix Nobel.

Combien de femmes de talents ? Combien de femmes se sont faites tout simplement effacer de l’histoire ? Comment cela est-il toujours possible ?

La soirée se poursuit par la remise de deux prix.

Révélation de la startuppeuse de l’année : Philippine Dolbeau.

Elle est toute jeune, 18 ans, et cela fait du bien de voir une vraie maturité s’exprimer, du dynamisme, beaucoup d’idées et surtout une très bonne idée. Elle a créé NewSchool, à l’âge de 15 ans. Son objectif : bousculer le monde de l’éducation. Allez découvrir son application sur http://www.newschool-edu.com/

La femme de l’année : Florence Allouche-Ghrenassia.

Pendant 16 ans, elle a créé et dirigé l’OTT&PI, avant de devenir présidente de Sparingvision, une des rares femmes à la tête d’une biotech. Sparing vision lutte contre la rétinite pigmentaire qui rend aveugle. La thérapie mise en œuvre est très prometteuse.

La rétinite pigmentaire est une maladie génétique rare caractérisée par une dégénérescence au niveau des cellules photoréceptrices rétiniennes. Elle résulte d’une mutation génétique entraînant l’arrêt de la production des protéines ou la production de protéines nocives pour l’organisme.

Gageons que d’ici quelques années de très grands progrès seront fait pour réduire la malvoyance et guérir certaines pathologies.

Un grand bravo à Florence Allouche-Ghrenassia, femme éthique qui a une réelle envie de partager, de transmettre, de réussir. Une femme qui gère sa vie personnelle en même temps avec 4 enfants. Elle revendique aussi sa spiritualité, sa différence, les différences femmes-hommes : « différences qui nous enrichissent et permettent de réussir ensemble ».

Fin de soirée : donner l’envie d’avoir envie.

La soirée touche à sa fin et nous avons eu le droit à une dernière surprise avec Anne-Charlotte Vuccino, fondatrice de Yogist. Nous testons une pratique relaxante pendant 5 minutes. C’est du yoga corporate. Une démarche que je ne peux qu’approuver.

J’oublie dans cet article de citer de nombreuses femmes. Mais quelques hommes aussi, notamment Jean-Christophe Tortora, Président de la Tribune. Mon souhait n’est que de leur rendre hommage et de faire progresser l’égalité professionnelle, la diversité, l’inclusion. Un grand merci encore à la Tribune et ses partenaires. Ce fût une belle soirée pour l’égalité professionnelle qui s’est poursuivie par un agréable cocktail. Un grand merci aussi à ma compagne pour m’accompagner, m’avoir accompagné et pour avoir pris quelques photos de cet événement. Nous attendons avec impatience la prochaine édition.

Pour conclure, il faut effectivement donner l’envie d’avoir envie de faire progresser l’égalité professionnelle. Cela ne se fera pas tout seul. Cela prend du temps de changer les mentalités. Mais en apportant, chacun, notre petite pierre à l’édifice nous pouvons faire que la prochaine génération n’aie pas à attendre 200 ans de plus pour vivre dans une société ou chacun aura le choix. Ce n’est pas qu’une question d’égalité, c’est aussi une question de liberté.

N’hésitez pas à partager cet article sur linkedin et facebook. Suivez-nous si vous souhaitez être informés sur nos actions en faveur de la diversité, de l’égalité professionnelle et du handicap. Ce n’est qu’ensemble, en partageant, que nous pouvons faire changer les consciences et les mentalités.

égalité professionnelle

 [/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]

By | 2018-01-02T10:46:43+00:00 décembre 13th, 2017|Egalité|Commentaires fermés sur Égalité professionnelle – Women For Future : THE NEXT GENERATION

About the Author:

Président fondateur de T Pas Cap et du groupe Synergiacom. Conseil en communication RH et événementielle, spécialiste de la diversité, du handicap et de l'inclusion.